Retour aux actualités

Revue de presse

Investir en Chine…oui mais à long-terme !

11 juin 2018

borders-2099203_1280.png

A l’image de ce qui se passe un peu partout dans le monde, le marché des actions chinoises a reculé depuis ses points hauts du début d’année. Selon nous, la baisse n’est pas suffisante pour reprendre ou renforcer ses positions en actions chinoises.

A court-terme, les interrogations sont trop nombreuses et il nous semble prématuré d’acheter. La guerre commerciale initiée par Donald Trump génère de nombreuses incertitudes. Pour le moment les produits concernés pèsent peu par rapport à l’ensemble du commerce entre les Etats-Unis et la Chine mais une escalade n’est pas impossible avec des conséquences potentielles fortes. Mais c’est surtout le facteur « psychologique » qui pèse pour le moment : l’incertitude si elle perdure finira par freiner   l’investissement et de fait les marchés ont tendance à se mettre en pause en attendant d’y voir plus clair.

Dans les mesures de rétorsion envisageable pour les Chinois beaucoup ont anticipé une action sur la dette américaine. Nous n’y croyons pas…ils sont très rationnels et nous les imaginons assez mal pénaliser leurs actifs par des ventes intempestives. Par contre, les chinois pourraient laisser « filer » au moins un peu leur devise par rapport au Dollar. Ce qui serait néfaste pour d’éventuels investissements de la part des étrangers en Chine.

Outre l’aspect très court-terme de la « guerre commerciale », sur l’horizon 2018-2019, l’autre sujet qui nous préoccupe en Chine est la persistance de déséquilibres financiers profonds. L’endettement des agents économiques (non financiers) a progressé à un rythme effréné ces dernières années et a atteint plus de 270% du PIB au global. L’origine de cet emballement de la dette provient, comme dans beaucoup de pays, de la période 2008-2009 pendant laquelle l’état chinois a initié un plan massif de relance de 4000 milliards de Yan soit 12% du PIB chinois de l’époque. Depuis cette date l’endettement public n’a fait que croître et représente désormais 62% du PIB. Les entreprises ne sont pas en reste …au contraire : elles sont également très endettées avec un équivalent de dettes représentant 163% du PIB. Les ménages ont longtemps été plus raisonnables mais là aussi l’accélération est notable depuis plus de 2 ans. Le montant est colossal et s’accompagne d’une dégradation de la qualité des créances : les dettes jugées à risque  s’élèvent à 13% du total.

Le gouvernement chinois a pris ces derniers temps un ensemble de mesure pour améliorer le contrôle que ce soit sur les montants globaux, la qualité du crédit et les circuits financiers. Fatalement, cela aura un impact à court-terme sur le rythme de croissance mais c’est le prix à payer pour avoir à terme une croissance plus saine. Pas de précipitation pour investir donc.

A plus long-terme, l’investissement en Chine reste attractif : les thématiques fondamentales sont toujours d’actualité. Le modèle chinois évolue vers plus de consommation et moins de production industrielle. A terme, le poids de la consommation par rapport au PIB  en Chine va ressembler à celui des Etats-Unis même si on en est encore loin aujourd’hui. Le FMI anticipe toujours un rythme de croissance annuel de 6.1% pour les 4 ans qui viennent. Ce qui implique une progression très forte de la consommation des ménages. Tout ceci est cohérent avec ce que l’on distingue depuis des années en Chine : la population vieillit, s’enrichit et s’urbanise. La consommation de masse devrait continuer de se développer, ressembler de plus en plus à celle des Etats-Unis et offrir des opportunités à de nombreux acteurs internationaux et locaux liés à la consommation.

A plus long-terme, il semble donc intéressant de garder une part d’allocation pour les actions chinoises…mais avant d’investir s’assurer que la Chine ne va pas s’enfoncer dans une « trappe à dettes » !